Notre politique pour le 16ème arrondissement de Paris

 Madame, Monsieur,  Dimanche 9 mars, vous serez appelés à voter pour élire les 39 conseillers du 16ème qui désigneront le maire d’arrondissement. Les 13 premiers d’entre eux seront également conseillers de Paris. A ce titre, ils éliront le maire de Paris. A 36 ans, je suis marié et père de 3 petites filles. Originaire du sud de la France (Montpellier et Nîmes), j’ai choisi la gestion d’un service public essentiel à notre santé en devenant directeur d’hôpital après mes études à Sciences Po. J’ai souhaité prolonger mon engagement en soutenant les valeurs de la gauche gestionnaire et solidaire en tant que candidat sur la liste conduite par M. Mano, l’adjoint de M. Delanoë chargé du logement. Notre politique est fondée sur l’idée que l’on peut émanciper le 16ème, le faire sortir de la caricature dans laquelle le conservatisme frileux le cantonne. En jouant sur les peurs et sur la manipulation d’un arrondissement soi-disant « maltraité », la droite locale contribue à fragiliser le 16ème et prône une politique de repli sur soi et d’opposition systématique. Pourtant elle disposait avec 36 conseillers d’arrondissement sur 39 et 12 conseillers de Paris sur 13 des moyens de porter de beaux projets. Sans les initiatives de la ville de Paris et elles sont nombreuses (plus de 800 logements sociaux, la maison des associations, le centre du point du jour, le pavillon de l’eau, la maison des Goncourt) , le 16ème serait, en effet, figé. 

De fait, c’est un arrondissement qui continue à perdre des habitants quand Paris en gagne désormais : 162 000 habitants en 1999 et 147 000 en 2005 (mais 232 000 en 1962 !). Et c’est l’arrondissement qui compte la proportion de population active la plus faible (52% dans le 16ème contre 62% à Paris) et la proportion de 20-39 ans la plus faible (26% contre 36% à Paris). Nous voulons un arrondissement qui fait de ses nombreux atouts, la base d’un développement futur pour que nos enfants aient envie d’y rester vivre et en aient la possibilité matérielle. Pour cela, nous agirons notamment sur les leviers suivants : 

1.                   Le logement et les crèches : par exemple, le projet de construction (dont l’architecture n’est pas arrêtée) sur la friche d’Auteuil prévoit 300 logements dont 150 privés, 1 crèche, 1 bibliothèque, 1 espace vert. Trois nouvelles crèches sont planifiées dont une, sise avenue de Versailles et il faudra rénover l’école rue Erlanger. 2.                   Les transports : après Vélib, pour lutter contre la pollution automobile, nous prônons le développement des autos en libre service. Nous voulons aussi que le 16ème ne soit pas dans dix ans le seul ardt.  du contour de Paris à ne pas avoir de tramway à cause de l’opposition de ses élus conservateurs. Nous soutiendrons avec force sa prolongation  jusqu’à la porte d’Auteuil. Mais nous savons aussi que lorsque l’on a une famille, on ne peut se passer d’une voiture et nous voulons donc la construction de parkings résidentiels dans toute nouvelle construction.

 3.                   Le cadre de vie et la culture : au-delà du nettoyage mécanique des chaussées et trottoirs qui sera renforcé, nous voulons ouvrir les pelouses de l’hippodrome d’Auteuil à tous en créant un parcours santé, et des équipements sportifs. La coulée verte entre les anciennes gares de Passy et d’Auteuil doit devenir une promenade digne de ce nom et la piscine Molitor sera enfin rénovée sans dépense publique grâce à une concession. Le conservatoire est complet. Un second sera créé et la fondation Louis Vuitton pour la création sera installée au jardin d’acclimatation.  4.                   L’aide aux personnes âgées : nous devons adapter notre offre de soins au défi du vieillissement. 2 centres de jour pour les nombreuses victimes de la  maladie d’Alzheimer,  une résidence pour personne âgées à Varize-Murat et un guichet unique d’information sur les établissements et les aides à domicile  seront créés. 

5.                   Le développement économique : il sera favorisé par la reconfiguration des rues de Passy et d’Auteuil (trottoirs plus larges par exemple), le WIFI gratuit pour tous dans les lieux publics, la création de commerces et restaurants dans le stade Jean Bouin restructuré et un soutien méthodologique aux entrepreneurs.. 

Nous défendons une culture citadine qui inspire et qui séduise et non pas une politique qui joue sur les réticences et les différents. Nous voulons un arrondissement qui ne soit pas seulement aimé pour ses trésors des siècles passés mais pour sa capacité à développer des conditions de vie respectueuses des individus. Nous souhaitons que chacun soit fier d’une ville qui pousse à l’émancipation et à l’épanouissement. Bien à vous Thomas LAURET 

3ème sur la liste  conduite par Jean-Yves MANO

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis en 2012 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécéssité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France, il choisit de s'engagerdans la campagne sénatoriale avec Julien Bargeton sur la liste majorité présidentielle LREM.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Les commentaires sont fermés.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante