Dérives radicales à l’établissement Gerson – le témoignage édifiant d’un enseignant catholique

« Jusqu’à récemment , Gerson était une école catholique ouverte , et nous , enseignants, étions fier d’y enseigner.

Depuis  3 ans, suite à un changement de direction, les orientations demandées en 2004 par la tutelle diocésaine, à savoir l’ouverture à tous dans un quartier où certains établissements sont plus fermés et sélectifs, sont de moins en moins respectées. Nous sommes plusieurs à avoir demandé au Diocèse si le projet de Gerson était modifié, et il nous a été répondu que non. Aussi , encouragés par la direction diocésaine ,avons-nous commencé à défendre notre établissement contre les dérives qui le menaçaient.

 

Notre chef d’établissement qui était auparavant notre collègue d’histoire , puis le responsable du lycée , s’est entouré d’une nouvelle responsable du lycée qui avait dirigé le collège des Vignes, établissement hors contrat, sous la prélature de l’Opus Dei. A ses côtés, un aumônier des scouts d’Europe, très engagé dans la manif pour tous. Rien de répréhensible jusque là. Mais quand ils ont contraint l’aumônier du collège à se réfugier dans le primaire à force de l’exclure de toute décision dans la pastorale, quand ils ont commencé à exclure des élèves que nous avions soutenus tout au long de leur parcours de collège, quand l’enseignement religieux s’est radicalisé, quand les voyages scolaires ont disparu au profit des pèlerinages, quand les dirigeants ont réellement noyauté l’association de parents d’élèves en faisant passer une liste concoctée par eux, quand ils ont essayé de se débarrasser d’enseignants en CDI, quand ils ont harcelé les comptables jusqu’à obtenir leur démission, et quand le personnel administratif est devenu un rallye ou un club où l’on est bien entre soi, nous avons commencé à réagir.

 

La tutelle diocésaine est venue, nous avons été écoutés, entendus. Nous avons frappé à toutes les portes, responsables de l’enseignement catholique, évêques, et autres. On nous a souhaité “Bon courage”.

 

La tourmente qui secoue Gerson  a été provoquée par l’impossibilité de communiquer avec la direction actuelle, et je voudrais, au nom de tous mes collègues qui sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’importance de l’exemple de Gerson, replacer les choses dans le contexte actuel. Au moment où le évêques débattent de la réunification au sein de l’Eglise, Gerson reste un lieu de division.

Sans revenir sur Alliance Vita, sachez que

1) L’heure de cathéchèse  n’est pas facultative, même si , comme  c’est indiqué sur le site de l’école par le communiqué du directeur, la négligence des intervenants fait que les fiches d’absences ne sont pas toujours remplies. Témoin la circulaire sur la Forgiv’night, où il est bien précisé que c’est obligatoire pour tous les élèves de Seconde, mais payant, et  hors temps scolaire.

2) OUI, les filles ont été TRES choquées des propos tenus, dont l’écoute n’était pas facultative.

3) Des parents avaient déjà alerté l’aumônier et le directeur sur leur désaccord avec la venue de Fondation Lejeune en 6ème, et la future intervention de Alliance Vita en Terminale. Or, la seule réponse à leur intervention a été que ces organismes étaient reconnus par l’Eglise. Ce n’est pas ce qui est mis en cause. Il ne s’agit pas d’une demande de laïcisation de Gerson, mais d’un respect de la liberté de conscience, en proposant ces interventions, sans les imposer. De même pour les confessions, absolument normales dans un établissement catholique, mais qui ne devraient pas être imposées à des enfants non baptisés, ni avoir lieu sur des heures de cours, sans que les professeurs n’en soient avertis.

 

Nous voulons rester un établissement catholique, retrouver un  souffle pédagogique et une ouverture culturelle disparus.

Non seulement, la liberté de conscience n’est pas respectée, mais la liberté d’expression au sein de l’établissement est impossible. Nous sommes épiés, soupçonnés, victimes de rumeurs fallacieuses sur les liens, les engagements, et les motivations des uns et des autres. NON, notre but n’est pas de nuire à l’établissement, ni de le déstabiliser. Au contraire. Nous voulons sauver Gerson, en lui redonnant ses valeurs. Nous voulons, comme il est demandé par le Pape François (dont il n’y a toujours pas de photo affichée , contrairement à celles de ses prédecesseurs), une école ouverte aux catholiques conservateurs comme aux catholiques progressistes, dans la liberté de chacun, et ouverte aussi à tous ceux qui adhèrent aux valeurs fondamentales du christianisme. Cette école-là ne peut voir le jour, ou plutôt REvoir le jour , sous la houlette des

3 personnes mises en cause qui ont trahi notre confiance et celle des parents (qu’ils manipulent à travers l’APEL -voir message du président – qui obtient des messages de soutien à la direction sous couvert de défendre les enseignants et l’établissement qui ne sont pas attaqués, puisque non responsables des dérives incriminées), et persévèrent dans le mensonge.

 

Nous sommes offusqués de voir que notre combat pour nos élèves est déformé, interprété comme un petit complot de gauchiste athées, de rouges anarchistes. Nous sommes atterrés  que l’APEL fasse croire aux parents et aux élèves que c’est nous aider et nous soutenir que de se soumettre à la direction qui s”estime de droit divin.

 

Pour notre part, nous sommes à peu près la moitié du corps enseignant du secondaire à souhaiter pour nos élèves un changement de direction pour 3 raisons majeures

-Un projet pédagogique réduit à une équipe de rugby

-Un conservatisme religieux qui tend à l’obscurantisme

-Une sélection d’élèves fondée sur leur nom, leur origine, leur confession, leur  situation familiale,  leur établissement d’origine, et leur absence de problèmes.

-Idem pour les enseignants

 

Le combat que nous menons depuis un an a éclaté dans la presse de manière maladroite, et incomplète,

On nous reproche l’anonymat des intervenants: ils n’ont pas le choix, car des menaces indirectes sur nos classes et nos emplois du temps planent , la chasse au sorcières va bon train.

 

Mais vous pouvez être assuré que

-Jamais nous n’avons souhaité de faire de Gerson un établissement laïque

-Nous ne défendons aucun intérêt personnel, bien au contraire, nous avons pris d’énormes risques.

-Il n’y a dans cette démarche aucun combat idéologique si ce n’est celui pour la tolérance et la vérité.(si la CGT est mentionnée, c’est que ce syndicat a été le seul à défendre les heures d’une collègue harcelée, ce n’est pas en son nom que nous agissons). Nous sommes liés par le même souci, que nous soyons de gauche ou de droite, que nous ayons ou non participé aux manifestations diverses de ces dernières années. C’est cette diversité qui a fait la richesse de notre école, que la direction diocésaine nous a demandé de préserver en 2004.

- Dans le contexte actuel, alors que les évêques débattent du rassemblement au sein de l’Eglise, nous voulons un Gerson pour tous,Catholiques  conservateurs ou progressistes, ou tout simplement familles attachées aux valeurs chrétiennes et républicaines quelle que soit leur confession.

 

Votre soutien nous est précieux, et nous souhaiterions que vous fassiez entendre votre voix

 

Craignant bien évidemment  de nouvelles poursuites pour diffamation, je m’en remets à votre discrétion pour ce qui est de la provenance de ce message »

 

 

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

6 Réponses à “Dérives radicales à l’établissement Gerson – le témoignage édifiant d’un enseignant catholique”

  1. camiseta real madrid barata
    10 août 2014 à 00:23 #

    It’s very trouble-free to find out any topic on net as compared to textbooks, as I found this piece of writing at this web page.
    camiseta real madrid barata http://www.un-deux-quatre.com/es/camiseta-real-madrid-2014-barata.html

  2. Martin
    9 mai 2014 à 21:26 #

    Je connais personnellement la famille dont on a obligé le fils à se confesser bien que non baptisé?. La dame Cathé a fait du forcing pour lui expliquer que refuser la confession était un rejet de son établissement. Heureusement, il ne s’est pas laissé faire.

  3. michel1961
    24 avril 2014 à 10:49 #

    Qui refuse la verité ? ceux qui veulent publier les plaignants ainsi que la réponse de leur contradicteurs, ou ceux qui veulent supprimer les informations ?

  4. Am
    23 avril 2014 à 19:06 #

    Manifestement la Vérité vous agace mais s’il vous plaît, pas de parano excessive, je n’attaque personne et ne fais partie d’aucune organisation …. pas de complot juste un peu de Vérité … Ça rend libre !

  5. michel1961
    23 avril 2014 à 07:45 #

    Le commentaire ci dessus illustre les attaques tout azimut et bien orchestrées afin de faire taire ces « gauchistes athés » . Un exemple de plus la fiche Wikipedia sur le sujet fait l’objet d’une demande de suppression créée par un nouveau contributeur de Wikipedia ce qui ne s’est jamais vu dans les règles de l’encyclopédie en ligne . De nombreux « nouveaux contributeurs » viennent d être créé afin de voter POUR la suppression. De l’autre coté, aucune mobilisation des Laïcs ….

  6. Am
    22 avril 2014 à 10:55 #

    Juste une remarque car il y aurait tant à dire … mais cela permet de démontrer l’imprécision et donc le manque total de fondements évident de ce post : comment pourriez-vous faire croire que l’on impose à des élèves non baptisés (ou même baptisés d’ailleurs) de se confesser ? Sachez que ce Sacrement est donné par un prêtre et qu’aucun Prêtre, même le plus tradi ne peut obliger quiconque à se confesser car la validité même de la confession est basée sur la reconnaissance de ses péchés et sur le regret sincère que l’on en a …. Le reste de cette polémique contre « certains » à Gerson est à l’image de cet exemple, basée sur des faits non avérés, interprétés et manipulés. Il faudrait donner la fin de la recrée !

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante