AU FAIT,C’ EST QUOI LA « POLITIQUE ÉCONOMIQUE » DU GOUVERNEMENT?

AU FAIT,C’ EST QUOI LA « POLITIQUE ÉCONOMIQUE » DU GOUVERNEMENT?

On a entendu un peu tout et n’importe quoi ces derniers jours du côté de ceux qui disent vouloir réorienter la politique économique du gouvernement, une politique récemment votée et seulement très partiellement en vigueur.

Alors voila un document simple pour comprendre le pacte de responsabilité et de solidarité, sa cohérence et ses mesures. Le gouvernement a recherché l’équilibre entre :

1. les contraintes budgétaires (il faut faire les économies de 50 Md€ en même temps que les baisses d’impôt quand on a un déficit de 90 Md€ sur 320Md€ de dépenses de l’Etat et une dette proche de 94% du PIB),

2. les mesures de soutien à l’offre (CICE en vigueur depuis le printemps, suppression de la cotisation patronale familiale à venir, suppression de la C3S à venir, notamment),

3. celles de soutien à la demande (baisse de l’impôt des 4,2M de personnes gagnant mois de 1250€ net par mois, hausse du RSA de 2% dès sept 2014, et fusion du RSA et du PPE au 1er janvier 2015).

Le plan est tout juste engagé…et son financement reste à mener contre les résistances de tous bords (réforme territoriale par exemple). Il ne risque pas de porter ses fruits avant 2015.

Les mesures de soutien à la demande s’ajoutent en fait au déficit de l’État lui -même : celui-ci correspond de fait à un soutien de la demande à hauteur de plus de 4% du PIB. En effet, l’Etat s’endette pour financer des dépenses publiques qui sont elles-mêmes des recettes individuelles (salaires des fonctionnaires, prestations) ou privées (recettes des entreprises qui vendent au secteur public des biens et des services mais aussi 45Md d’intérêt de la dette pour tout ceux et pas seulement les banques qui ont acheté de la dette publique via leur assurance vie).

Ainsi quand on parle de « politique de l’offre », on commet un excès de langage en omettant le niveau du déficit de l’État. Peut-être faudrait-il que la communication gouvernementale corrige le tir et refasse de la pédagogie pour ne pas qu’un dialogue de sourds s’installe définitivement à la Rochelle puis au Parlement?

NB. Le document est à actualiser concernant la baisse des cotisations des salariés remplacée par la fusion entre RSA et prime pour l’emploi annoncée suite à la censure de cette mesure par le conseil constitutionnel et le nombre de bénéficiaires de la réduction d’impôts sur le revenu (4,2M au lieu de 3,7)

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Les commentaires sont fermés.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante