Budget 2015 Ville de Paris : un budget sérieux et ambitieux

Budget 2015 Ville de Paris : un budget sérieux et ambitieux

La mauvaise gestion des finances publiques sous la présidence Sarkozy, qui s’est traduite par une augmentation de la dette de l’État de 610 milliards en 5 ans, contraint aujourd’hui le gouvernement à mener une politique de réduction du déficit public conséquente et difficile.

Aussi, le parlement a voté au mois de juillet une réduction des dépenses publiques de 50Md€ pour ces 3 prochaines années.

Il est normal que Paris, comme les autres collectivités territoriales, contribue au redressement des finances publiques. Ainsi, les concours financiers versés par l’État aux collectivités locales diminuera de 11Md€ entre 2015 et 2017, ce qui représente une baisse de 200M€ pour l’année 2015 à Paris.

Alors que des voix s’élèvent à droite pour dénoncer un coup de massue sans précédent porté sur les finances locales, il est utile de rappeler que l’UMP proposait lors des débats au parlement d’économiser non pas 50 mais 150 Md€. La baisse des dotations de l’État à Paris aurait été alors trois fois plus importante si l’UMP eut été au pouvoir. Il faut de la cohérence : les conseillers de Paris de l’UMP dont certains sont aussi députés ne peuvent réclamer à la fois des économies accrues à l’assemblée et changer de discours quand ils sont dans leurs arrondissements.

Conformément aux engagements pris par Anne Hidalgo devant les Parisiens, les impôts locaux n’augmenteront pas pendant la mandature. Cependant, un plan d’économies d’une grande ampleur doit être mis en œuvre (pour un montant total de 130 à 180 M€) et de nouvelles recettes doivent être dégagées.

Pour ce faire, dès le début de la mandature l’exécutif a montré l’exemple : par la réduction de 130 à 99 collaborateurs de cabinet et du format de l’Exécutif permettant de dégager 5M€/an d’économie ; par la diminution de 5% de l’enveloppe attribuée aux groupes et aux maires d’arrondissement et par la simplification de l’organisation de l’administration avec une réduction du nombre de directions qui passeront de 27 à une vingtaine.

Par ailleurs, les tarifs des services publics municipaux seront modernisés pour les foyers  les plus aisés. La création de deux tranches tarifaires pour les foyers dont les revenus se situent au-dessus de 10 000€ et au dessus de 15 000€ et la modulation des tarifs en fonction du nombre d’enfants permettront d’introduire davantage de justice sociale. En effet, aujourd’hui les repas à la cantine sont subventionnés par la Ville y compris pour les familles dans la tranche 8 (la plus élevé).  Il n’est pas normal que les classes moyennes parisiennes financent par leurs impôts la cantine et le conservatoire des familles gagnant plus de 10 000€/mois.

Enfin, en ce qui concerne les tarifs de stationnement qui seront eux-aussi revalorisés, je souhaite rappeler et inciter les parisiens à se tourner vers les véhicules électriques. Je rappelle que le stationnement des véhicules électriques est gratuit sur les emplacements payants jusqu’à 24 heures, pour le stationnement résidentiel, et pour une durée de 2 heures pour le stationnement visiteur.

Malgré un contexte exigeant, ce budget traduit bien la volonté de l’exécutif de gérer avec sérieux les dépenses de fonctionnement et de maintenir le niveau d’investissement de la ville pour le logement, la transition énergétique, les crèches. Il se traduit aussi par une première mise en œuvre du budget participatif, innovation démocratique majeure qui témoigne de l’attachement toujours plus fort de Paris aux préoccupations concrètes des Parisiens.

Mots-clefs :, , , , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Les commentaires sont fermés.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante