Investir durablement, plus qu’une ambition politique, c’est un devoir.

Investir durablement, plus qu’une ambition politique, c’est un devoir.

L’intervention de Thomas Lauret sur le programme d’investissement en Conseil de Paris le 15 décembre 2014

Madame la Maire,

Vous avez fait le choix de nous proposer d’accroître le Programme d’Investissement de la Mandature de 8,5 à 10 Mds€. C’est une décision volontariste et à contrecourant de la morosité qui a gagné les esprits en France.

C’est aussi une décision courageuse tant vous imaginez l’ire de la droite dénonçant le risque inconsidéré de la dette pour les parisiens, l’irresponsabilité et l’inconséquence dans la gestion des deniers publics. Il faut la comprendre. Le traumatisme de la hausse de la dette publique entre 2007 et 2012 fût grand et la France fût à deux doigts d’une défiance des marchés financiers et d’une perte de confiance sur sa capacité à rembourser.

Cette perte de confiance a abouti en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Italie, à une forte hausse des taux d’intérêt et de la charge de la dette, à une baisse des salaires et une explosion du chômage dont ils peinent à se remettre et qui freinent aussi la reprise en France.

Alors pourquoi une telle décision est-elle possible à Paris, quand elle serait dangereuse en France ? Car la situation parisienne est tout autre. Nous pouvons nous le permettre pour 6 raisons : 

Premièrement, parce que nous recourons à l’emprunt pour investir dans de nouveaux équipements et non pour boucler le budget de fonctionnement.

Deuxièmement, parce que le recours à l’emprunt vient compléter l’autofinancement. Les 2/3 du programme d’investissement soit, 6,5Mds€ sur 10, sont financés par l’épargne issue d’une gestion saine : la Ville fait 1 Md€/an environ d’excèdent entre les recettes totales et les dépenses de fonctionnement et valorise également 200 M€ de cessions annuels. De plus, nous poursuivons nos efforts de gestion : les dépenses strictes de fonctionnement sont passées de 18% à 15% depuis 2001.

Des investissements créateurs de richesses qui engendreront  de nouvelles  recettes fiscales

Troisièmement, parce que ces investissements sont eux-mêmes créateurs de richesses et d’activités qui engendreront des recettes fiscales pour la Ville. Par exemple, en consacrant 1Md€ au soutien à l’innovation, sous toutes ses formes, sous l’impulsion de Jean-Louis Missika, Paris double les capacités de développement de son écosystème qui constitue son nouveau dynamisme économique autour du numérique notamment : 100 000m² d’incubateurs d’entreprise supplémentaires, comme à Jean Bouin ou sur le site des anciens entrepôts Mac Donald, correspondant à 15 000 emplois si on se réfère aux emplois créés par les 820 nouvelles start-ups, incubées depuis 10 ans. La Halle Freyssinet seule, c’est plus de 1 000 start-ups à terme. Au global, les 10 Mds€ d’Investissement dans tous les secteurs devraient permettre de maintenir ou de créer environ 200 000 emplois sur la mandature et de renforcer l’attractivité qu’exerce Paris sur les entreprises.

Quatrièmement, parce qu’un investisseur avisé comme Julien Bargeton sait qu’il doit profiter de taux d’intérêt aussi faibles. C’est aujourd’hui qu’il faut profiter de taux entre 1,80% et 2% et au contraire, savoir se passer des emprunts quand l’argent est cher. À cet égard, la proposition faite de réexaminer le programme à mi-mandat est un gage de sérieux et de prudence.

Cinquièmement, parce que les intérêts de la dette représentent seulement 126 M€, soit 1,6% seulement de nos dépenses de fonctionnement. Par comparaison, les intérêts de la dette publique, enfin maîtrisée, représentent 45 Mds€ en 2014 soit 13% des recettes de l’État. 1,6% contre 13%, là est toute la différence

Investir pour passer à un modèle de développement durable

Sixièmement, et c’est le fondement de notre politique, parce qu’il s’agit de passer à un modèle de développement durable pour que nos enfants puissent vivre dans une capitale respirable et qui réduise ses consommations d’énergie et sa production de déchets.  C’est notre responsabilité. L’investissement permet ici de faire des économies de fonctionnement « durables », par exemple, -14% de consommation électrique en 3 ans. Il ne s’agit pas seulement de créer des logements sociaux et d’isoler mieux les bâtiments bien que « quand le bâtiment va, tout va ! », comme disait en 1850 Martin NADAUD, député et maçon, il s’agit aussi de créer des transports moins polluants, de boucler le tramway, de développer les mobilités électriques et le vélo pour sortir définitivement de cette congestion irrespirable et bruyante dans laquelle les parisiens vivent depuis les années 50.

En conclusion, emprunter 30% du Programme d’Investissement de la Mandature pour créer un nouveau modèle de capitale mondiale à la fois dynamique dans sa nouvelle économie et stable dans sa consommation de ressources, voilà l’ambition de ce programme d’investissement pour Paris et aussi notre responsabilité collective vis-à-vis de nos enfants et des générations futures. Investir durablement, sur le plan écologique et économique, plus qu’une ambition politique, c’est un devoir.  

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Les commentaires sont fermés.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante