Intervention de Thomas Lauret en Conseil de Paris : la candidature de Paris aux JO 2024 adopté à une large majorité, un acte fondateur

Jean Bouin 3Madame la Maire, Chers collègues,

Vous avez voulu engager Paris dans l’aventure des JO avec méthode. Ainsi, vous vous appuyez sur  le rapport d’opportunité du Comité Français du Sport International (CFSI), présidé par Bernard LAPASSET, pour engager l’ensemble des arrondissements puis les groupes politiques dans un projet qui doit nous rassembler pour réussir. C’est, en effet, un projet qui doit être mené avec esprit d’équipe mais aussi avec raison, compte tenu des enjeux qu’il représente sur le plan économique et budgétaire.

Cette candidature a du sens pour promouvoir le sport, l’engagement associatif des parisiens (3 000 clubs et 35 000 licenciés) et les valeurs de l’olympisme mais aussi pour la cohésion des français, pour le dynamisme et la jeunesse de notre capitale. Le rapport confirme par ailleurs que nous avons toutes les capacités techniques à l’organiser à un coût très raisonnable (moins de 2 Md€ d’argent public) et que les investissements sportifs décidés à Paris, dont une partie sont implantés dans l’arrondissement dont je suis élu, nous préparent naturellement : Roland Garros, Jean Bouin, Longchamp, Parc des Princes, Bercy Arena, Le Grand Palais…Les infrastructures existent et seront complétées par  des équipements existants ou à construire en Seine-Saint-Denis (piscine et village Olympique).

Dès lors, 2024 est bel et bien une fenêtre d’opportunité pour réussir une candidature gagnante :

→     Parce qu’après l’Amérique latine (2016) et l’Asie (2020), l’Europe n’est pas la plus mal placée 

→     Parce que l’agenda 2020 du CIO incite à développer des candidatures soutenables, socialement acceptables, conformes aux valeurs que nous portons à Paris : le sport est un vecteur d’émancipation et de lutte contre le racisme ;  L’égalité des sexes sera favorisée en veillant à ce que la  participation féminine soit de 50 % ; la cohésion sociale et la réduction de la fracture territoriale entre Paris et la Seine-Saint-Denis seront recherchées. Le coût des Jeux Olympiques seront réduits. Mais aussi la transparence dans l’état financier du CIO et l’exigence d’éthique dans les procédures de sélection des candidatures sont des principes dans lesquels nous inscrirons notre candidature et les conditions pour qu’elle aille à son terme.

L’adoption de ce vœu aujourd’hui en Conseil de Paris est donc un point d’étape très important, un acte politique fondateur avant la grande consultation démocratique de 2016. Je tiens ici à citer les mots d’un grand humaniste et leader charismatique, Nelson Mandela : « Le sport a le pouvoir de changer le monde. »

Je souhaite qu’il nous aide ici à changer la ville et à réduire les fractures au sein de la métropole.

 

Mots-clefs :,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 43 ans, choisit la gestion d'un service public essentiel à notre santé en devenant Directeur d'hôpital après ses études à Sciences Po. Il prolonge son engagement dans la chose publique en soutenant les valeurs progressistes de la gauche sociale et démocrate dans un arrondissement particulièrement acquis à la droite, le 16e arrondissement de Paris. Il est élu conseiller d'arrondissement aux élections municipales de 2008 dans le 16e sur la liste conduite par Jean-Yves MANO, l'adjoint de B Delanoë au logement. Il est élu secrétaire de la section PS du 16e en 2012. Investi tête de liste par les militants pour les municipales 2014, il est élu Conseiller de Paris et du 16e en mars 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75)

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Les commentaires sont fermés.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante