Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le centre d’hébergement d’urgence allée des Fortifications

Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le centre d’hébergement d’urgence allée des Fortifications

La commission des sites du 27 novembre dernier a émis un avis favorable au projet de création d’un centre d’hébergement d’urgence par la très sérieuse association Aurore, sur l’Allée des Fortifications dans le 16e arrondissement, jugeant ainsi qu’il respectait les règles de protection de ce site en lisière du Bois de Boulogne. Cette association est un acteur majeur de la lutte contre l’exclusion. Elle accompagne temporairement des familles et des personnes sans hébergement vers une réinsertion sociale ou professionnelle.

 

Le site de l’Allée des Fortifications, à la lisière du Bois de Boulogne, a été identifié pour accueillir 5 bâtiments modulaires pour une durée de 5 ans, et qui pourraient accueillir 200 sans-abris, en famille ou isolés. Leur installation est conforme aux conditions de constructibilité de cette zone puisqu’ils seront posés sans fondation sur une voie fermée à la circulation automobile entre la Porte de Passy et la Porte de la Muette, en bordure du bois, dans le cadre d’un permis précaire de 5 ans. 

La loi du 19 avril 1919 a autorisé le déclassement de l’enceinte fortifiée mais une zone a été conservée sur une largeur d’environ 250 m correspondant à la zone de servitudes militaires jouxtant l’ancienne enceinte fortifiée de Paris. C’est dans cette zone que se situe ce projet.

 

Le Maire du 16e s’y est opposé, comme il s’oppose à de nombreuses constructions de logements sociaux (et même de logements privés Gare d’Auteuil), mettant en place une pétition et diffusant des photomontages du Bois de Boulogne transformé en aire de camping. 

À l’issue des 5 ans, le bitume sera supprimé et la zone revégétalisée pour retisser le lien avec le Bois. Prétendant l’ignorer, Claude Goasguen s’impose donc non pas comme le défenseur du Bois mais plutôt celui du bitume sur une allée occupée principalement par des voitures ventouses.

 

Thomas Lauret, conseiller PS de Paris et du 16e, soutient pleinement ce projet car :

- Le 16e doit participer à l’effort de solidarité alors qu’il est très peu pourvu de places d’urgence,

- Les associations ne peuvent agir seules dans le 16e,

- Les modulaires en bois seront posés sur la voirie sans fondation,

- Aucun arbre ne sera abattu,

- Ce centre permettra de réduire le nombre d’hébergements en hôtel qui sont plus coûteux pour la collectivité,

Il invite la Mairie du 16e à chercher d’autres lieux, réalistes, dans le 16e arrondissement, et non pas la proposition dilatoire d’utiliser l’ancien Musée des Arts et Traditions Populaires, bâtiment bourré d’amiante dont les coûts et les délais de réhabilitation sont incompatibles avec le projet et dont l’utilisation poserait un grave problème de santé publique. 

Thomas Lauret salue l’engagement de l’Etat et de la Ville, et des 35 travailleurs sociaux, qui, sous l’égide de l’association Aurore, accompagneront ces familles et ces personnes isolées pour les aider à retrouver un toit, et leur dignité.

Mots-clefs :, , , , , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 43 ans, choisit la gestion d'un service public essentiel à notre santé en devenant Directeur d'hôpital après ses études à Sciences Po. Il prolonge son engagement dans la chose publique en soutenant les valeurs progressistes de la gauche sociale et démocrate dans un arrondissement particulièrement acquis à la droite, le 16e arrondissement de Paris. Il est élu conseiller d'arrondissement aux élections municipales de 2008 dans le 16e sur la liste conduite par Jean-Yves MANO, l'adjoint de B Delanoë au logement. Il est élu secrétaire de la section PS du 16e en 2012. Investi tête de liste par les militants pour les municipales 2014, il est élu Conseiller de Paris et du 16e en mars 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75)

2 Réponses à “Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le centre d’hébergement d’urgence allée des Fortifications”

  1. LAURET
    15 février 2016 à 10:11 #

    Madame, bonjour
    Je vous remercie pour votre message. Les lieux disponibles et susceptibles d’etre utilisés au plan juridique ont été mobilisés : c’est le cas par exemple du Lycée Jean Quarrée à Paris ou des locaux disponibles temporairement au sein de l’ancien hôpital St Vincent de Paul.
    La structure qui sera installée allée des fortifications est à proximité des immeubles et les transports en commun ne sont pas si éloignés. Ce sera une strutcure de répis destinée à l’accueil temporaire de sans abris.
    Bien à vous

  2. JACOB Andrée
    15 février 2016 à 00:05 #

    Monsieur, j »habite le 16ème dans un logement social. Je ne comprends pas cette installation précaire pour des personnes sdf et en difficulté. N »y a t »il pas dans notre arrondissement un immeuble inoccupé pouvant offrir des conditions décentes à ces personnes. je trouve le lieu inadapté car isolé des commerces et dans un espace vert.
    Je ne suis pas opposée à la proximité d’un centre d’hébergement mais il faudrait proposé aux personnes et aux travailleurs sociaux de meilleures conditions favorisant leur vie quotidienne et leur insertion ultérieure. Un bois favorise aussi les trafics et la prostitution .
    merci de m’avoir lu
    Cordialement

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante