Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le nouveau plan de propreté de Paris

Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le nouveau plan de propreté de Paris

À l’occasion du Conseil de Paris des 15 et 16 février 2016, Thomas LAURET est intervenu pour soutenir le plan de propreté présenté par la Maire de Paris Anne HIDALGO et son adjoint Mao PENINOU. Retrouvez ici son intervention.

Madame la Maire, mes chers collègues,

Qui de nous tous n’a effectivement jamais été interpellé sur le sujet de la propreté ?

On voit bien dans les interventions aujourd’hui que chacun considère que son arrondissement est maltraité ou insuffisamment doté. Ce n’est pas nouveau. C’est une thématique permanente, comme d’ailleurs les efforts qui ont été faits par l’Exécutif pour y répondre, tant nos concitoyens portent sur la propreté de nos espaces publics une appréciation variable et difficile à mesurer.

On le remarque encore aujourd’hui, chacun a une vision un peu différente du niveau de propreté de son arrondissement ou des moyens qui y sont alloués.

Certains d’entre nous, surtout d’ailleurs quand ils sont dans l’opposition, en font une des principales thématiques de campagne, avec la sécurité à coup de montages photo, dans mon arrondissement notamment, et reportent évidemment l’entière responsabilité sur la Ville, même quand ils refusent de participer à l’élaboration du plan local de propreté.

Mais ne polémiquons point, agissons, c’est ce que nous faisons aujourd’hui et, oui, il est important de renforcer la propreté. Je veux saluer ce volontarisme et souligner quelques-unes des actions de ce plan, Madame la Maire, chère Anne, Monsieur l’adjoint, cher Mao, même si nous savons que d’autres plans suivront et que la perfection dans ce domaine est impossible à atteindre, car il s’agit d’agir tant sur les organisations que sur les comportements.

D’abord, en ce qui concerne le volet propreté, je veux féliciter les services qui mettent en place de nouveaux outils innovants. L’application « DansMaRue », qui a déjà quelques années, fonctionne très bien et sa nouvelle version, j’en suis certain, permettra d’accroître sa popularité. Elle permet aux Parisiens de signaler des problèmes et participe de cet esprit de qualité. Frédérique CALANDRA l’a testée, je l’ai également testée, c’est un outil formidable.

L’acquisition de matériel électrique est plébiscitée par le budget participatif et le renforcement de matériel de mécanisation – 15 millions d’euros pour 2016, je crois – plus efficace, moins bruyant, moins polluant et de nature à réduire la pénibilité physique de ces métiers.

Troisièmement, la relocalisation des garages, par exemple les bennes qui traitent le 16e arrondissement seront positionnées pont du Garigliano au lieu d’Ivry-sur-Seine, ce qui limite foncièrement les déplacements et permet de gagner du temps, donc indirectement des ressources qui peuvent être réaffectées aux priorités et notamment au nettoyage des trottoirs.

Ensuite, je veux saluer les efforts de responsabilisation des citoyens. L’expérimentation dans le 2e et dans le 12e puis, je l’espère très rapidement, la généralisation des poubelles pour déchets organiques. L’opération « Paris, fais-toi belle », renouvelée. La fameuse verbalisation. J’entends à droite que l’on dit que c’est trop où que ce n’est pas le sujet. Mais 68 euros, cela reste minime, des brigades renforcées pour appliquer cette verbalisation, tant il est difficile de verbaliser sur le fait. Il y a encore de la marge quand on regarde ce que font d’autres pays. On parlait de San-Francisco dans ce domaine. Dans une région de Californie, on est à 500 dollars d’amende pour laisser des déchets sur la voie publique. Je crois comme Frédérique CALANDRA que c’est un moteur important qui permettra de réduire la saleté de nos rues.

Enfin, je veux souligner aussi l’approfondissement du copilotage et de la mise en place des enveloppes budgétaires déléguées aux maires d’arrondissement en lien aussi avec les conseils de quartier.

Evidemment, la proximité et la responsabilisation sont de nature à favoriser la réussite de ce plan, à condition que chacun ne se renvoie pas la balle.

Je vous remercie.

Mots-clefs :, , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Une réponse à “Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le nouveau plan de propreté de Paris”

  1. Labite
    17 mars 2016 à 03:28 #

    Pauvre merde de socialope provinciale qui monte à Paris dans la grande cours mais reste toujours au niveau des chiottes. Un beau parcours mais pas dans le bon arrondissement. Persistez persistez Monsieur le balais a chiotte d’hidalgo, on va bien se marrer, vous dégradez notre France comme toujours mais on résistera et si ca part trop loin on partira avec NOTRE ARGENT et vous irez faire la quête chez les qataris & Co comme notre maire hidalgo le fait très bien, belle courbette mais la ville est toujours DEGEULASSE POUR LES TOURISTEs

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante