Pose de la première pierre de logements mixtes à la caserne Saint-Didier

Pose de la première pierre de logements mixtes à la caserne Saint-Didier

Lundi 9 mai à 11h, aux côtés de Ian Brossat, adjoint d’Anne Hidalgo chargé du logement,, je participe à la pose de la première pierre du 35 rue Saint-Didier dans le 16e. La résidence de logements mixtes installée dans cette caserne constitue une étape supplémentaire dans le rééquilibrage Est-Ouest parisien.

La Ville de Paris a fait de la mixité sociale un objectif prioritaire, ce qui se traduit notamment par la volonté de doubler le nombre de logements sociaux dans le 16e arrondissement d’ici à 2020.

Initié par Jean-Yves Mano, le projet de la caserne Saint-Didier prévoit l’accueil de 55 logements sociaux familiaux et 58 logements sociaux étudiants. Je participerai à la pose de la première pierre, lundi 9 mai à 11h, au 35 rue Saint-Didier.

(crédit photo: Louis Paillard architect & urbanist)

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Une réponse à “Pose de la première pierre de logements mixtes à la caserne Saint-Didier”

  1. Katia
    12 juillet 2016 à 10:35 #

    Monsieur,
    La mixité sociale peut être réussie lorsque les gens se respectent et sont éduqués.
    Je crois et pense sincère que ce n’est pas la pauvreté qui fait si peur aux gens, mais de se retrouver avec des personnes qui ne respectent pas leur cadre de vie (dégradations des boites aux lettres, détritus jetés dans les parties communes, cris des enfants, tapage nocturnes, rodéo motos….)

    J’habite actuellement dans le 93 en Seine St Denis, auparavant j’ai toujours vécu dans le 94.
    Dans ce département j’ai acheté un appartement que je revends à perte (je l’ai acheté il y a maintenant 2 ans). C’était une copropriété qui était bien entretenue, maintenant elle est dégradée, beaucoup de français sont partis lassés de tout cela !!!. La mixité ne fonctionne plus, ni le vivre-ensemble non plus quand l’un envahit l’autre …

    Je suis d’origine kabyle et polonaise, née en France, je respecte mon pays, les valeurs républicaines, la culture…. Mais je ne veux pas vivre avec des gens qui ne s’adaptent à notre langue.C’est très dur à vivre au quotidien.Moi je ne veux plus le subir ainsi que mon entourage, dont une partie est issue de l’immigration.

    Je choisis donc de déménager pour une commune qui n’est pas appréciée par la gauche et où celle-ci veut encore mettre des logements sociaux…..Je vais acheter une plus petite surface, payer beaucoup plus d’impôts mais je veux que mon patrimoine ne perde pas de sa valeur, qu’il reste entretenu, mon cadre de vie sera agréable même avec de la mixité sociale avec des gens éduqués et intégrés dans la société française. C’est très important de comprendre cela. Tout le problème est là…. Les français ne sont pas racistes ils veulent juste vivre tranquillement avec des gens différents de tous milieux sociaux mais pas de la « racaille » et pas des gens qui ne sont pas assimilables à notre pays. Tant que les dirigeants ne comprendront pas cela, la mixité ne fonctionnera pas.

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante