Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le compte administratif 2016 de la Ville de Paris

Conseil de Paris : intervention de Thomas LAURET sur le compte administratif 2016 de la Ville de Paris

À l’occasion du Conseil de Paris des 6 et 7 juin 2017, Thomas LAURET est intervenu à l’occasion du débat relatif au compte administratif 2016 de la Ville de Paris.

Madame la Maire, mes chers collègues,

Ce compte administratif révèle une gestion rigoureuse et remarquable dans un contexte qui paraissait pour le moins compliqué.

D’abord, je souhaite revenir sur le contexte national, parce que plutôt que de prendre un ton menaçant et de donner des leçons, il serait honorable d’assumer la part de responsabilité du gouvernement auquel certains sur les bancs de droite ont appartenu jusqu’en 2012. Je rappelle que nous héritions en 2012 d’un déficit de plus de 6% des finances publiques. Les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls ont donc été contraints de mener une politique de réduction de déficit particulièrement difficile, mais responsable : près de 50 millions d’euros dont 15 millions sur les collectivités territoriales.

Ainsi a dû contribuer en 2016 au redressement des finances publiques nationales à hauteur de 233 millions d’euros si l’on conjugue la baisse des dotations et la hausse de la solidarité entre territoires. Il faut s’en réjouir et s’en féliciter en dépassant notre prisme purement parisien. Mais il a fallu du coup faire des efforts considérables pour compenser cette perte de recettes. Il faut à cet égard saluer le sérieux budgétaire de toutes les administrations et tous les fonctionnaires parisiens qui, sous l’impulsion de l’exécutif, ont permis une stabilité inédite des dépenses. Et l’on sait que ce sont des efforts quotidiens sur les achats, sur les organisations qui le permettent.

En effet, la collectivité parisienne a répondu à cette contrainte par une très bonne maîtrise des dépenses de fonctionnement qui, évoluent de 0,4% (-0,1% hors péréquation), alors même que l’évolution au plan national a été de 0,8% pour les communes et 2,2% pour les départements.

Côté recettes, il faut saluer l’évolution dynamique des recettes de fonctionnement en 2016 (+4,4%) qui résulte de la mobilisation de leviers n’affectant pas directement les contribuables parisiens puisque les taux de taxe d’habitation et de taxe foncière sont comme prévu restés inchangés. Il faut ici saluer le double effet vertueux de la politique monétaire européenne qui sous l’impulsion de François Hollande et Angela Merkel, a mené une politique accommodante sur les taux d’intérêts. Ainsi ces taux d’intérêts, très bas, ont favorisé une reprise du dynamisme du marché immobilier qui s’est traduite dans les recettes des droits de mutation dont le plafond a été ajusté à 4,5% comme dans la quasi totalité des départements.

Ces taux d’intérêt ont aussi permis à Paris d’emprunter à des conditions particulièrement avantageuses pour poursuivre notre politique d’investissement qui soutient le dynamisme de l’économie parisienne. Et s’en priver aurait été de mauvaise gestion car il vaut mieux s’endetter quand les taux sont bas et non hauts.

Pour la deuxième année de réalisation du Programme d’investissement de la mandature adopté en décembre 2014, l’année 2016 a vu les dépenses d’investissement s’établir à un niveau élevé à plus de 1,63Md€, en cohérence avec le cycle d’investissement. Au total, 421 M€ ont été investis pour le logement social, 168 M€ pour les opérations de transport et de voirie dont 33M€ pour l’extension du T3 à laquelle je suis particulièrement attaché pour boucler la boucle dans le 16e. Plus de 50M€ ont été investis pour l’entretien et la création de nouvelles places dans les équipements de petite enfance, ou encore 44M€ pour ses espaces verts et l’environnement.

Le respect des électeurs passe par le sérieux et l’attention apportés à la gestion des deniers publics. Avec les comptes présentés ce matin, les Parisiens peuvent être sûrs qu’ils ont placé leur Ville en de bonnes mains.

Je vous remercie.

Mots-clefs :, , , ,

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécessité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France. Il a créé avec Julien Bargeton, en octobre 2017, le groupe Démocrates et Progressistes du Conseil de Paris dont il est Porte Parole

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante