Pourquoi je me mets En Marche et m’engage avec la liste Majorité Présidentielle LREM conduite par Julien Bargeton aux sénatoriales à Paris.

Pourquoi je me mets En Marche et soutiendrai la liste LREM conduite par Julien Bargeton aux sénatoriales à Paris.

Alors que le gouvernement entre dans le “dur” avec la réforme du marché du travail puis celles du RSI, du chômage, de la formation professionnelle et va se heurter à des résistances de plus en plus violentes, j’ai pris la décision d’être désormais pleinement actif dans le mouvement La République En Marche. Ceci me conduit, par clarté et cohérence, à m’éloigner du PS. Ce n’est pas une décision simple et je tiens à vous en présenter les raisons.

Dans le 16e, nous nous opposons depuis toujours au conservatisme, à la réaction, au repli sur soi, à l’égoïsme, à la tentation du rejet de Paris et du monde, au refus de regarder et surtout de traiter la pauvreté… Conseiller d’arrondissement puis Conseiller de Paris, je me suis attaché avec de nombreux militants à soutenir un projet progressiste, social et écologique, qui cherche à concilier l’efficacité économique, la protection de l’environnement et la lutte contre la pauvreté. L’épisode de la polémique autour du Centre d’hébergement d’urgence témoigne de ces différences majeures de conception entre conservateurs et sociaux-progressistes dans l’arrondissement. J’ai été heureux de constater que de nombreux électeurs du 16e avaient fait le choix de soutenir la République En Marche pour donner une majorité à Emmanuel Macron.

La succession de Claude Goasguen, réélu député de justesse, et qui, ne pouvant plus cumuler, a imposé Danièle Giazzi à la Mairie du 16e pour que “rien ne change” contre l’avis d’une partie de sa majorité, m’a convaincu de la nécessité de préparer dès aujourd’hui l’avenir. Avec les équipes En marche, nous devons inscrire le 16e dans le 21e siècle et faire de ses atouts une force pour tous ceux qui y vivent ou y travaillent mais aussi pour Paris et la France.

Pour la France, depuis les dernières élections, je me reconnais, à l’exception de quelques points, dans la façon de penser la société, de la tolérance et l’humanisme sur le plan sociétal, à la critique des rentes. Je crois que la lutte contre la pauvreté et le chômage ne passe plus par une nouvelle hausse des prélèvements à visée redistributive mais par notre capacité à libérer les initiatives, à réduire les situations monopolistiques ou corporatistes assises sur des règles désuètes et à supprimer les barrières qui découragent l’esprit d’entreprendre. Je crois à l’importance de créer une société dans laquelle oser entreprendre et réussir sont valorisés et l’échec accepté grâce à des protections individuelles et collectives élargies. La réussite de ceux qui entreprennent permettra de réduire le chômage de masse et donc la pauvreté. Je crois que notre système de protection sociale hérité de la Libération est à bout de souffle car il renchérit le travail salarié. Je suis convaincu de l’importance de réformer le financement de notre sécurité sociale pour que la protection contre les risques (la famille, la maladie) portent moins sur les revenus du travail alors que ces risques sont universels. Aussi, j’adhère globalement à la politique qui commence à être mise en place.

L’exercice du pouvoir est compliqué, la difficulté à mener les réformes est telle que je veux donner une chance à cette politique de réussir. Le PS comme LR sont condamnés à une posture d’opposition que je ne peux cautionner.

Aussi je m’engage avec la liste Majorité Présidentielle LREM aux sénatoriales et soutiendrai les mesures du gouvernement qui contribueront à faire réussir la France et les Français ici, en Europe et dans le Monde.

J’adore cet optimisme que l’on a regagné. Alimentons-le!

Auteur :Thomas LAURET

Originaire du Sud de la France (Montpellier et Nîmes), Thomas LAURET, 46ans, devient Directeur d'hôpital en 1997 après ses études à Sciences Po.Inspiré par M Rocard dès son adolescence, il s'engage pour le PS en 2002 dans le 16e ou il habite en soutenant un projet qui allie efficacité économique, lutte contre la pauvreté et protection de l'environnement. Il est élu conseiller d'arrondissement en 2008 puis en 2012 puis Conseiller de Paris en 2014. A ce titre, il préside l'association parisienne de dépistage des cancers (ADECA75). Depuis juillet 2016, il est adhérent d'En Marche et, convaincu de la nécéssité de dépasser les vieux clivages pour faire réussir la France, il choisit de s'engagerdans la campagne sénatoriale avec Julien Bargeton sur la liste majorité présidentielle LREM.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

municipales2008benestroff |
chenieres |
aussillonunissonsnosdiffere... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mairiesthilaire
| Agir ensemble pour Baye
| La Meuse indépendante